Cet appareil reprend l'ergonomie classique des télémétriques avec un viseur optique à gauche, le sélecteur des vitesses à droite et une bague de diaphragme sur l'optique, avec pour chacun une position A permettant de décliner les modes d'exposition traditionnels.
Le viseur reprend la conception hybride de son petit frère le X-100, un afficheur électronique superposant des informations à la vue réelle.
Le capteur est au format APS-C, offrant 16 mégapixels et n'ayant pas de filtre anti-aliasing. Pour autoriser cela, Fuji a remplacé l'habituelle matrice de Bayer par un filtre coloré arrangé en blocs de 6x6 au lieu de 2x2, dont les éléments RVB ont une répartition différente, pseudo-aléatoire.

fuji_xpro1_filter.jpg
Matrice du filtre coloré (cliquez pour agrandir) © Fuji

La monture, baptisée X-Mount a pour particularité d'avoir un tirage très faible de 17.7 mm, signifiant que des adaptateurs pourront être conçus pour à peu près toute monture existante.

L'appareil est accompagné au lancement de trois optiques fixes et Fuji s'est empressé de préciser qu'ils fourniraient rapidement un adaptateur Leica M, ne laissant que peu de doutes sur la vocation de Leica bon marché du X-Pro1. Bon marché sans être démocratique pour autant, les premières estimations de prix annonçant 1700$ boîtier nu, autour de 650$ pour une des trois optiques présentées et 2400$ pour un kit boîtier + une optique. On est certes loin des tarifs Leica mais cela laisse de la marge aux hybrides plus terre-à-terre.

Les optiques annoncées comprennent un grand angle 2/18 (éq. 28mm), un standard à grande ouverture 1.4/35 (éq. 53mm) et un télé macro 2.4/60 (éq. 91mm).
Fuji devrait lancer courant 2013 un 1.4/14, un 2.8/28 pancake et un 2/23 en fixe, et un 4/18-72, un 4/70-200 et un 4/12-24 en zoom, tous stabilisés. Reste à voir comment Fuji va gérer l'utilisation de zooms grand angles et télé avec un viseur optique, la méthode traditionnelle étant l'emploi d'un viseur indépendant fixé à la griffe du flash.

Liens